Nouvelles

August 1, 2017   

STP launches the Call to Action
 for the International Day of Action
for Trans Depathologization 2017

STP, International Campaign Stop Trans Pathologization, announces the date for this year's International Day of Action for Trans Depathologization, which will take place on Saturday, October 21, 2017. As in previous years, we invite activist groups from all over the world to organize activities in support of trans depathologization.

The slogan of the 2017 Call to Action is:

Stop Trans Pathologization Worldwide 

If you would like to receive further information and/or participate in the International Day of Action for Trans Depathologization 2017, please contact us at: stp2012@gmail.com.

This year will be the last last Call to Action of the International Day of Action for Trans Depathologization launched by STP, International Campaign Stop Trans Pathologization.

We invite you to continue celebrating October 21 as the International Day of Action for Trans Depathologization in upcoming years, and to continue working for trans depathologization.

Stop Trans Pathologization Worldwide!

February 1, 2017

Joint Statement on Trans Meeting

with the United Nations Independent Expert on Sexual Orientation and Gender Identity


Trans activists from 5 continents met with the newly-appointed UN Independent Expert on Sexual Orientation and Gender Identity (IE SOGI), Dr. Vitit Muntarbhorn, on 26 January 2017 in Geneva, Switzerland to bring special attention to the issues facing trans and gender diverse people and communities around the world. This was a historic meeting. It was the first discussion convened specifically by and for trans-led organisations in order to interact with UN Special Procedures. The IE SOGI mandate has experienced significant challenges since it was created by the Human Rights Council in June 2016, surviving three close votes in the UN General Assembly aiming at deferring it indefinitely.

“This meeting, the first of its kind focused only on trans issues and gender identity with a UN Special Procedure, is a vital step in the global movement for trans rights”, says Mauro Cabral, Executive Director of Global Action for Trans Equality.  Ricky Nathanson, from the Southern Africa Trans Forum adds, “We are encouraged by the Independent Expert’s engagement and look forward to continued interactions as he works to fulfill his mandate.”

The undersigned attended the meeting with the Independent Expert and are committed to continued support of the mandate to help ensure that Gender Identity is holistically addressed in the Expert’s work equally alongside Sexual Orientation. We encourage our partners, trans activists, and trans communities to continue to be vocal in contacting the UN IE SOGI - our voices count!

Signed by:
Mauro Cabral, Global Action for Trans Equality (GATE)
EriKa Castellanos, C-NET+, Collaborative Network of People Living with HIV
Zhan Chiam, International Lesbian, Gay, Bisexual, Trans and Intersex Association (ILGA)
Julia Ehrt, Transgender Europe (TGEU)
Micah Grzywnowicz, Swedish Federation for Lesbian, Gay, Bisexual, Transgender and Queer Rights (RFSL)
Aizhan Kadralieva, Labrys (Lesbian, Gay, Bisexual and Transgender Organization)
Ricky Nathanson, Southern Africa Trans Forum
Kemal Ordek, Red Umbrella Sexual Health and Human Rights Association (Kırmızı Şemsiye)
Cianán B. Russell, Asia Pacific Transgender Network (APTN)
Amets Suess, International Campaign Stop Trans Pathologization (STP)

Download the Statement

October 22, 2016

Press Release
International Day of Action for Trans Depathologization 2016

STP, International Campaign Stop Trans Pathologization

The International Day of Action for Trans Depathologization 2016, convened by STP, International Campaign Stop Trans Pathologization, takes place today, on Saturday, October 22, 2016. Over 120 actions for trans depathologization were organized today and throughout the entire month of October in 45 cities of different world regions, including international activities, under the slogan Stop Pathologizing Gender and Bodily Diversity”.  

For reading the complete Press Release published by STP, International Campaign Stop Trans Pathologization:

In English:
PDF 
In Spanish:
PDF
 

9 août 2016

STP lance son appel à mobilisation
pour la Journée Internationale d'Action
pour la Dépathologisation Trans 2016

STP, Campagne Internationale Stop Trans Pathologization, a retenu la date du samedi 22 octobre 2016 pour la Journée Internationale d'Action pour la Dépathologisation Trans 2016. Comme lors des années précédentes, nous invitions les groupes d'activistes du monde entier à organiser des manifestations ou d'autres actions en faveur de la dépathologisation trans.

Le mot d'ordre de l'édition 2016 est :

Stop Pathologizing Gender and Bodily Diversity

Si vous souhaitez recevoir de plus amples informations ou participer à la Journée Internationale d'Action pour la Dépathologisation Trans 2016, veuillez nous écrire à l'adresse : contact@stp2012.info ou stp2012@gmail.com.

June 23, 2016:

STP in the WPATH Symposium 2016 in Amsterdam

STP, International Campaign  Stop Trans Pathologization participated on June 17-21, 2016 in the WPATH Symposium 2016 in Amsterdam, organized by WPATH, World Professional Association for Transgender Health. Program.

June 7, 2016:

STP in the 6th European Transgender Council in Bologna

STP, International Campaign Stop Trans Pathologization participated on June 2-5, 2016 in the 6th European Transgender Council in Bologna, organized by TGEU, Transgender Europe. Program.

26 juillet 2015:

STP lance son appel à mobilisation
pour la Journée Internationale d'Action
pour la Dépathologisation Trans 2015


STP, Campagne Internationale Stop Trans Pathologization, a retenu la date du samedi 24 octobre 2015 pour la Journée Internationale d'Action pour la Dépathologisation Trans 2015. Comme lors des années précédentes, nous invitions les groupes d'activistes du monde entier à organiser des manifestations ou d'autres actions en faveur de la dépathologisation trans.

Le mot d'ordre de l'édition 2015 est :

Stop Trans Pathologization - Stop Pathologizing Gender Diversity in Childhood


Si vous souhaitez recevoir de plus amples informations ou participer à la Journée Internationale d'Action pour la Dépathologisation Trans 2015, veuillez nous écrire à l'adresse : contact@stp2012.info ou stp2012@gmail.com

October 19, 2014:

Press Release

 International Day of Action for Trans Depathologization 2014 
STP, International Campaign Stop Trans Pathologization


 


The International Day of Action for Trans Depathologization 2014, convened by STP, International Campaign Stop Trans Pathologization1, took place on Saturday, October 18, 2014. Within the framework of this Call to Action, 108 groups and organizations coordinated more than 90 actions for trans depathologization in 45 cities
2 of different world regions throughout this day and the entire month of October under the slogan Stop Trans Pathologization - Stop Pathologizing Gender Diversity in Childhood – For the Diversity of Gender Expressions and Identities”. Furthermore, to date 390 groups, organizations and activist networks in six continents, as well as numerous individuals have declared their support of STP, International Campaign Stop Trans Pathologization3.

 

The International Day of Action for Trans Depathologization 2014 is the sixth edition of this Call to Action, celebrated each year since 2009 on an international level with the objective of demanding the removal of the diagnostic classification of gender transition as a ‘mental disorder’ and claiming state-funded access to a trans health care of the highest attainable quality. Other relevant demands include the removal of the diagnostic classification of gender diversity in childhood, the change of the trans health care model from the current assessment model towards an approach based on informed decision making, the legal recognition of name and gender without medical requirements, as well as the protection of trans people against discrimination and transphobic violence.


In relation to the revision process of the ICD, International Statistical Classification of Diseases and Related Health Problems, developed by the WHO, World Health Organization, we evaluate positively 1. The removal of trans-specific categories from the chapter ‘Mental and behavioural disorders’, and 2. The publication of the proposal of new trans-specific categories, elaborated by the WHO Working Group on the Classification of Sexual Disorders and Sexual Health
4, in the ICD-11 Beta Draft5.

  

In order to facilitate public coverage, STP proposes the inclusion of a non-pathologizing mention of trans health care in the ICD-11, as a health care process not based on disease or disorder. We consider the inclusion of a new trans-specific category addressing adolescents and adults in the ICD-11 Beta Draft chapter ‘Conditions related to sexual health’ to meet our proposal in part. However, we are still concerned with regards to 1. The presence of pathologizing categories in the chapter ‘Conditions related to sexual health’, 2. The use of the concept ‘Gender incongruence’ in the title and the definition of the new trans-specific categories, and 3. The continued inclusion of a diagnostic classification of gender diversity in childhood, under the title ‘Gender incongruence of childhood’. 

  

We continue to demand the complete removal of the diagnostic classification of gender diversity in childhood, as mentioned in former press releases and reflective texts6,7,8. In order to avoid the pathologizing connotations of the concept ‘Gender incongruence’, we propose the use of a descriptive language in the title and definition of a new trans-specific category addressing adolescents and adults (using a concept such as ‘Trans Health Care’ of ‘Health Care related to Gender Transition’). Finally, we suggest giving a non-pathologizing approach to the chapter ‘Conditions related to sexual health’, according to the definition of ‘sexual health’ established by the WHO, World Health Organization9.

 

We would like to highlight that the removal of the trans-specific categories from the chapter ‘Mental and behavioural disorders’ in the ICD-11 Beta Draft, as well as the inclusion of new trans-related categories in the chapter ‘Conditions related to sexual health’ have proposal status, and therefore are still subject to changes and pending approval of ICD-11 by the World Health Assembly, expected in 201710. 

  

While we identify some recent advancements in the field of trans rights and trans depathologization, we nevertheless continue to observe situations of pathologization, psychiatrization, discrimination and social exclusion of trans people worldwide, including a high level of exposure to transphobic violence and institutional ill-treatment. For these reasons, we continue to view trans depathologization activism as relevant, not only in providing critical knowledge to the revision processes of diagnostic manuals, but also in working through broader social change towards societies that are welcoming of gender diversity. 

  

We would like to express our deepest acknowledgment to the groups and organizations in different world regions which, once more, have participated in the International Day of Action for Trans Depathologization. 

  

Stop Trans Pathologization! Stop Pathologizing Gender Diversity in Childhood!  For the Diversity of Gender Expressions and Identities! 

  

Coordination Team of STP, International Campaign Stop Trans Pathologization, October 18, 2014. 

 

PDF: www.stp2012.info/STP_Press_Release_October_2014.pdf

  


 

1 STP, International Campaign Stop Trans Pathologization. STP launches the Call to Action for the International Day of Action for Trans Depathologization 2014, August 4, 2014. http://www.stp2012.info/old/en/news#call_to_action2014 (retrieved: October 18, 2014). 

2 STP, International Campaign Stop Trans Pathologization. Acciones Octubre 2014 / October 2014 Actions.
http://stp2012.info/old/en/press#october2014_actions
 (retrieved October 18, 2014). 

3 STP, International Campaign Stop Trans Pathologization. Support. 
http://stp2012.info/old/en/supports
 (retrieved: October 18, 2014). 

4 See: Drescher J, Cohen-Kettenis P, Winter S. Minding the body: Situating gender identity diagnoses in the ICD-11. International Review of Psychiatry, December 2012;24(6):568-577. 

5 WHO, World Health Organization (2014). ICD-11 Beta Draft. 

http://apps.who.int/classifications/icd11/browse/l-m/en (retrieved: October 18, 2014). 

6 STP, International Campaign Stop Trans Pathologization (2013a). Reflections from STP regarding the ICD revision process and publication of the DSM-5, August 1, 2013. 

http://stp2012.info/STP_Communique_August2013.pdf (retrieved: October 18, 2014). 

7 STP, International Campaign Stop Trans Pathologization (2013b). International Day of Action for Trans Depathologization 2013. Press Release of STP, International Campaign Stop Trans Pathologization, October 19, 2013.
http://www.stp2012.info/STP_Press_Release_October2013.pdf (retrieved: October 18, 2014). 

8 GATE, Global Action for Trans* Equality; STP, International Campaign Stop Trans Pathologization (2014). New Developments in the ICD Revision Process, August 19, 2014. 

http://www.stp2012.info/old/en/news#information_ICD_revision_process (retrieved: October 18, 2014). 

9 Sexual health: Sexual health is a state of physical, emotional, mental and social well-being in relation to sexuality; it is not merely the absence of disease, dysfunction or infirmity. Sexual health requires a positive and respectful approach to sexuality and sexual relationships, as well as the possibility of having pleasurable and safe sexual experiences, free of coercion, discrimination and violence. For sexual health to be attained and maintained, the sexual rights of all persons must be respected, protected and fulfilled” (WHO 2006: 5). WHO, World Health Organization (2006). Defining sexual health. Report of a technical consultation on sexual health 28-31 January 2002, Geneva. Geneva: WHO, 2006. 

http://www.who.int/reproductivehealth/publications/sexual_health/defining_sexual_health.pdf (retrieved: October 18, 2014). 

10 WHO, World Health Organization (2014). The International Classification of Diseases 11th Revision is due by 2017.http://www.who.int/classifications/icd/revision/en/

August 19, 2014:

New Developments

in the ICD Revision Process 

 

GATE (Global Action for Trans* Equality) and STP, International Campaign Stop Trans Pathologization report that the World Health Organization (WHO) has published online its proposals on trans* health in the ICD-11 Beta Draft (http://apps.who.int/classifications/icd11/browse/l-m/en).

 

The publication includes the two new categories proposed by the WHO Working Group: 'Gender incongruence of adolescence and adulthood' and 'Gender incongruence of childhood'. Both categories are part of a new chapter of ICD-11: Chapter 06 'Conditions related to sexual health'This means that for the first time in history the WHO includes trans* issues in a separate chapter to the chapter on 'Mental and behavioural disorders’. Despite the challenges of both the new categories and the new chapter, we can celebrate this small step in the long struggle for depathologization.

 

The inclusion of these categories in a new chapter does not mean that reform is approved, as the ICD-11 will only be voted by the World Health Assembly in 2017 (scheduled). However, it means that WHO has addressed the historic claim of the trans* movement, and that further developments will also be possible.

 

We still have much work ahead. It is necessary to analyze and discuss collectively the category of 'Gender incongruence' and its risks of re-pathologizing trans* issues in ICD-11. It is also essential to continue to insist that health access and gender identity recognition are human rights and that their realization must not depend on diagnostic categories. It is necessary to consider the very construction of the proposed chapter, to advance towards the depathologization of body diversity, and break the association between trans* health issues and other pathologizing categories. We must ensure that the new version of ICD does not reproduce gender stereotypes. And above all, we must work together to avoid the inclusion of the category of 'Gender incongruence of childhood’ in ICD-11.

 

The addition  of Chapter 06 'Conditions related to sexual health’ in ICD-11 Beta Draft is very recent and, according to information provided by WHO, its contents could vary in the upcoming days. We invite all of you to join this process, to contact us and participate in the various activities that will take place in the next weeks, - and, as always, to go out on October 18, International Day of Action for Trans* Depathologization, to say NO to the pathologization of gender diversity in childhood and to say YES to trans* depathologization.

 

GATE, Global Action for Trans* Equality

 

Coordination Team of STP, International Campaign Stop Trans Pathologization

 

Background Information: PDF


***

 

Contact information

 

GATE, Global Action for Trans* Equality

Mauro Cabral

Email: mcabral@transactivists.org

Skype: mauro.cabral

Phone: +54 (9) 1165806999

www.transactivists.org

 

STP, International Campaign Stop Trans Pathologization

Amets Suess

Email: contact@stp2012.infostp2012@gmail.com 

Skype: stoptranspathologization

www.stp2012.info

4 août 2014:

STP lance son appel à mobilisation
pour la Journée Internationale d'Action
pour la Dépathologisation Trans 2014


STP, Campagne Internationale Stop Trans Pathologization, a retenu la date du samedi 18 octobre 2014 pour la Journée Internationale d'Action pour la Dépathologisation Trans 2014. Comme lors des années précédentes, nous invitions les groupes d'activistes du monde entier à organiser des manifestations ou d'autres actions en faveur de la dépathologisation trans.

Le mot d'ordre de l'édition 2014 est :

Stop Trans Pathologization - Stop Pathologizing Gender Diversity in Childhood - For the Diversity of Gender Expressions and Identities

Si vous souhaitez recevoir de plus amples informations ou participer à la Journée Internationale d'Action pour la Dépathologisation Trans 2014, veuillez nous écrire à l'adresse : contact@stp2012.info ou stp2012@gmail.com.

May 6, 2014

European Transgender Council “Trans*: Safe & Equal” in Budapest 

STP, International Campaign Stop Trans Pathologization participated on May 1-4, 2014 in the  European Transgender Council “Trans*: Safe & Equal” in Budapest, organized by TGEU, Transgender Europe. Programme.

February 20, 2014

STP at the WPATH Symposium Transgender Health from Global Perspectives in Bangkok

STP, International Campaign Stop Trans Pathologization participated on February 14-18, 2014 in the WPATH Symposium Transgender Health from Global Perspectives in Bangkok, organized by WPATH, World Professional Association for Transgender Health. Programme.

October 19, 2013:

International Day of Action
for Trans Depathologization 2013
 
Press Release of STP, International Campaign Stop Trans Pathologization,
 October 19, 2013

The International Day of Action for Trans Depathologization 2013 took place on Saturday, October 19, 2013, called to action by STP, International Campaign Stop Trans Pathologization. On this day and throughout the month of October, more than 100 actions for trans depathologization were organized in 48 cities worldwide, among them demonstrations, political rallies, conferences, discussion forums, information activities, workshops, film screenings, theatre, performances, music events, photography actions and murals. Activities from different world regions were focused on this year’s slogan, “Stop Pathologizing Gender Diversity in Childhood”.

STP, International Campaign Stop Trans Pathologization is an international activist initiative that works for the depathologization of trans gender expressions, trajectories and identities. STP is supported by more than 370 groups, organizations and networks in six continents, as well as numerous individual supporters. In the past seven years, during each month of October coordinated activities for trans depathologization have been organized in cities of different countries, and in the past five years these have been under the title STP, International Campaign Stop Trans Pathologization. Since 2009, the International Day of Action for Trans Depathologization has been celebrated in a total of 137 different cities of Africa, Asia, Europe, Latin America, North America and Oceania, in many of them more than once.   

The Call to Action 2013 of the International Day of Action for Trans Depathologization was launched under the slogan “Stop Pathologizing Gender Diversity in Childhood”, with the objective to express concern regarding the continued diagnostic classification of gender diversity in childhood and the presence of dynamics of medicalization, pathologization and psychiatrization of non-normative gender expressions in childhood, observed in the health care, educational and social contexts.   

STP, International Campaign Stop Trans Pathologization demands the removal of the proposal of including a category of “Gender Incongruence of Children” / “Gender Incongruence of Childhood” in the ICD-11, the International Classification of Diseases and Related Health Problems, 11th Revision, World Health Organization (WHO). This proposal of inclusion is announced in two recent articles published by members of the WHO working group in charge of reviewing the trans-specific categories in the ICD (Drescher, Cohen-Kettenis, Winter, 2012; Drescher 2013). STP also demands the elimination of the category “Gender Dysphoria in Children” from the DSM-5, Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, Fifth Edition, published by the American Psychiatric Association (for a more detailed reflection on a diagnostic classification related to gender diversity in childhood: see STP Communiqué “Reflections from STP regarding the ICD Revision Process and DSM Publication”, August 2013).

Furthermore, STP demands the right to free gender exploration and expression. The Campaign recommends avoiding a medicalization of gender diversity in childhood and proposes to work towards a recognition of gender expressions which differ from the social expectations related to the birth-assigned gender in family, social and educational contexts, a respect of fluid and non-binary gender expressions and identities, as well as a provision of support to children with non-normative gender expressions in situations of discrimination and transphobia.

Meanwhile, the main demands of STP, International Campaign Stop Trans Pathologization remain standing, among them the removal of the diagnostic categories ‘Gender Dysphoria’ / ‘Gender Identity Disorders’ and ‘Transvestic Disorder’ / ‘Fetishistic Transvestism’ from the diagnostic manuals DSM and ICD, public coverage of trans health care, as well as the substitution of the current assessment model by an approach focused on autonomy, informed decision making and accompaniment. With the aim of facilitating state-funded coverage, STP proposes the introduction of a non-pathologizing reference of trans health care in the ICD-11, as a health care process not based on illness or mental disorder. Moreover, STP demands the removal of medical requirements from existing gender identity laws, as well as the approval of new gender recognition laws based on a depathologization and human rights perspective. 

After the DSM-5 publication and while the ICD revision is still in process, the demand of depathologizing trans gender expressions, trajectories and identities in general, and specifically gender diversity in childhood, acquires a specific relevance.  

The Coordination Team of STP, International Campaign Stop Trans Pathologization, would like to thank all groups, organizations, activist networks and individuals for their participation in the International Day of Action for Trans Depathologization 2013. 

Stop Trans Pathologization!
 
Stop Pathologizing Gender Diversity in Childhood!
 

Coordination Team of STP, International Campaign Stop Trans Pathologization, October 19, 2013 
www.stp2012.info


Spanish Version: PDF
English Version: PDF

August 20, 2013

STP at the International Seminar Desfazendo Gênero: Subjetividade, Cidadania e Transfeminismo in Natal, Brazil

STP, International Campaign Stop Trans Pathologization participated on August 14-16, 2013, in the International Seminar Desfazendo Gênero: Subjetividade, Cidadania e Transfeminismo in Natal, Brazil, organized by Núcleo Interdisciplinar de Estudos em Diversidade Sexual, Gênero e Direitos Humanos, Universidad Federal do Rio do Norte.

1 août 2013:

STP lance son appel à mobilisation 
pour la Journée Internationale d'Action 
pour la Dépathologisation Trans 2013  
et la publication d’un nouveau communiqué 

 

STP, Campagne Internationale Stop Trans Pathologization, a retenu la date du samedi 19 octobre 2013 pour la Journée Internationale d'Action pour la Dépathologisation Trans 2013. Comme lors des années précédentes, nous invitions les groupes d'activistes du monde entier à organiser des manifestations et tout autre type d'action en faveur de la dépathologisation des personnes trans.  

Le mot d'ordre de l'édition 2013 est "Stop Pathologizing Gender Diversity in Childhood".

De plus, nous aimerions vous informer de la publication d’un nouveau communiqué de STP, des nouvelles réflexions concernant la classification diagnostic de la diversité de genre dans l’enfance, du processus de révision de la CIM et la publication du DSM-5.

Version en espagnol : “Reflexiones de STP sobre el proceso de revisión de la CIE y la publicación del DSM-5”

Version en anglais :  “Reflections from STP regarding the ICD revision process and publication of the DSM-5”

Si vous souhaitez recevoir de plus amples informations ou participer à la Journée Internationale d'Action pour la Dépathologisation des personnes Trans 2013, veuillez nous écrire à l'adresse : contact@stp2012.info o stp2012@gmail.com.

July 15, 2013

STP at the Conférences Internationales sur les Transidentités in Marseille

STP, International Campaign Stop Trans Pathologization participated on July 13, 2013 in the Conférences Internationales sur les Transidentités in Marseille, organized by the Observatoire des Transidentités (ODT), OUTrans, Planning familial des Bouches-du-Rhônes, Santé Active et Solidaire, AIDES and Arc-en-ciel (Toulouse), as part of the Europride 2013.

April 8, 2013

STP at the GATE Civil Society Expert Working Group Meeting in Buenos Aires

STP, International Campaign Stop Trans Pathologization participated on April 4-6, 2013 in the GATE Civil Society Expert Working Group Meeting in Buenos Aires, organized by GATE, Global Action for Trans* Equality with the objective of developing recommendations for the revision process of trans-specific categories in the ICD, International Statistical Classification of Diseases and Related Health Problems.

The results of the meeting can be consulted in the following document published by GATE, Global Action for Trans* Equality: Critique and Alternative Proposal to the Gender Incongruence of Childhood” Category in ICD-11.

12 janvier 2013

Communiqué de STP : "Recent Developments related to the DSM and ICD Revision Processes"

L'équipe de la Coordination de la Campagne  Stop Trans Pathologization fait part de la publication adu communiqué "Recent Developments related to the DSM and ICD Revision Processes".

Version en Espagnol : PDF
Version en Anglais : PDF

17 Décembre 2012

STP 2012 a participé à la Pré-conference Trans dans le cadre de la Conférence Mondiale ILGA à Stockholm

STP 2012 a participé à la Pré-conference Trans ainsi qu'à la Conférence Mondiale ILGA qui s'est déroulée à Stockholm du 10 au 16 décembre 2012 (programme).

STP 2012 apporte son soutien la déclaration approuvée par les participant-e-s de la Conférence "ILGA World Conference condemns attacks on rights of lesbian, gay, bisexual, transgender and intersex (LGBTI) people".

October 20, 2012

International Day of Action
for Trans Depathologization 2012:
More than 100 Actions Worldwide

STP 2012 Press Release, October 20, 2012

On October 20, 2012, International Day of Action for Trans Depathologization, actions for trans depathologization took place in different regions worldwide, within the annual call of action of STP 2012, International Campaign Stop Trans Pathologization.

Specifically, this ‘Trans October’ included over 100 activities in 48 cities of different continents, organized by more than 80 activist groups and organizations. Furthermore, to date more than 350 groups, networks and organizations from Africa, Asia, Europe, Latin America, North America and Oceania, as well as numerous individuals, have declared their support for SP 2012. 

STP 2012 demands the removal of the diagnostic categories ‘Gender Identity Disorder’ and ‘Transvestic Fetishism’ / ‘Fetishistic Transvestism’ from the DSM (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders) published by the American Psychiatric Association, and from the ICD (International Classification of Diseases and Related Health Problems), edited by the WHO, World Health Organization. Furthermore, this campaign calls for state-funded coverage of trans health care, as well as the substitution of the current evaluation model for accessing trans-specific treatments, for an approach based on autonomy and informed decision making. With the aim of facilitating state-funded coverage, STP 2012 proposes the introduction of a non-pathologizing reference of trans health care in the ICD-11, as a health care process not based on illness or mental disorder. Furthermore, the International Campaign STP 2012 demands the removal of medical requirements from existing gender identity laws, as well as the approval of new gender recognition laws based on a depathologization and human rights perspective.

The activist movement for trans depathologization is in a decisive moment: the publication of the DSM-5 is planned for 2013, and the ICD revision process is currently in process, with the publication of the 11th version announced for 2015.

Over the past few years, the demand for trans depathologization has achieved an increasing recognition from activist networks, professional associations, governments, as well as international bodies. At the same time, trans people continue to be exposed to situations of pathologization, psychiatrization, discrimination, social exclusion and transphobic violence. Finally, the current situation of economic crisis encloses new risks for a loss of citizenship rights and an increase of social inequalities.

For these reasons, the demands of STP 2012 and the activists groups from different world regions that participated in the International Day of Action for Trans Depathologization 2012 are more pressing than ever.  

¡Stop Trans Pathologization!

STP 2012, International Campaign Stop Trans Pathologization, October 20, 2012

English version: STP 2012 Press Release October 2012
Spanish version: Nota de prensa STP 2012 Octubre 2012

12 septembre 2012:

 STP 2012 condamne fermement l’agression transphobe et xénophobe
dont  ont été victimes divers.es
participant.e.s de la Rencontre Européenne Trans TGEU : TENI à Dublin, septembre 2012 

STP 2012 a participé a cette 4ème Rencontre Européenne Trans organisée par TGEU, Transgender Europe et TENI, Transgender Equality Network Ireland, qui s’est déorulée du 6 au 9 septembre 2012 à Dublin ne Irlande.

STP 2012 condamne l’agression transphobe et xénophobe à l’encontre de divers.es participant.e.s de cette rencontre (pour de plus amples informations, consultez la page : Communiqué de presse de TGEU et TENI; Déclaration approuvée par les participant.e.s de la Rencontre Européenne TGEU).

C’est avec tristesse que nous constatons que les personnes trans demeurent exposées a des situations de violences tant physiques que verbales. Nous souhaitons exprimer notre solidarité avec les victimes de cette agression.

14 juillet 2012:

STP 2012
appelle à mobilisation pour la Journée Internationale d’Action pour la Dépathologisation Trans 2012 et communique des textes de réflexion.


STP 2012, Campagne Internationale Stop Trans Pathologization, annonce la date du samedi 20 octobre 2012 pour la prochaine Journée Internationale d’Action pour la Dépathologisation Trans. Comme chaque année, nous invitons les groupes d’activiste partout dans le monde à organiser des manifestations et toute autre forme d’action pour la dépathologisation des trans.

Si vous souhaitez recevoir plus d’information ou participer à cette mobilisation internationale, contactez-nous : contact@stp2012.info.

De plus, STP 2012 publie deux textes de réflexion produits par l’équipe de coordination de STP 2012 ; les textes sont disponibles en espagnol et en anglais (“Réflexions sur le processus de révision de la CIM” et “Réflexions sur les SOC-7” ) :

Version en espagnol (au format PDF):
Reflexiones sobre el proceso de revisión de la CIE desde una perspectiva de despatologización y derechos humanos
Reflexiones sobre los SOC-7


Version en anglais (au format PDF):
Reflections on the ICD Revision Process from a Depathologization and Human Rights Perspective
Reflections on the SOC-7



5 mai 2012:

STP 2012 en soutien à Occupy the American Psychiatric Association

Le 5 mai 2012, STP 2012 a publié le communiqué suivant en soutien à Occupy the American Psychiatric Association :

Stop Trans* Pathologization (STP) 2012 Statement in solidarity of
Occupy the American Psychiatric Association!

the past few years, we have observed a growing inclusion of trans* depathologization issues in national and international human rights political agendas. While observing a growing support to the Stop Trans* Pathologization 2012 Campaign's main depathologization demands from activists and professionals, and an increased presence of this issue in international political agendas, we are also noticing a lack of translation of these statements of interest into actual changes in the health and legal situations of trans people in various regions around the world. Thus, trans people’s experiences continue to be characterized by a logic of pathologization.
The Stop Trans* Pathologization 2012 Campaign notes, with concern, that despite recent modifications in the latest version of the DSM-V draft, trans* expressions, trajectories and identities continue to be classified as mental health issues, both through the diagnostic criteria of “gender dysphoria” and “transvestic disorder.”
In addition, we also observe the persistence of pathologizing situations in trans* persons’ daily lives, both in legal and health arenas. In many countries around the world, trans* people have no access to good quality, state-covered trans-specific healthcare. In countries where the public health system does include trans*-specific healthcare, access to services is often bound to psychiatric or medical monitoring.
Considering this constant categorization of trans* identities as pathological and its strong connection to stigmatization, social exclusion and transphobic violence, STP 2012 will continue to demand declassification of trans* expressions, trajectories, identities and bodies in the contexts of healthcare, law and social arenas. Due to the imminent release date of the next edition of the DSM, it is of utmost urgency that we lobby for trans* depathologization now!

STP 2012, Campagne Internationale Stop Trans* Pathologization Mai, 2012

Le communiqué est disponible en ligne.
 

November 21, 2011:

STP 2012 at the Expert Meeting
organized by GATE, Global Action for Trans* Equality
in The Hague

STP 2012, International Campaign Stop Trans Pathologization participated on November 16-18, 2011 in the Expert Meeting in The Hague, organized by GATE, Global Action for Trans* Equality with the objective of developing recommendations for the revision process of trans-specific categories in the ICD, International Statistical Classification of Diseases and Related Health Problems.

The results of the meeting can be consulted in the following document published by GATE, Global Action for Trans* Equality: It’s time for reform. Trans* Health Issues in the International Classifications of Diseases.

2 novembre 2011

Communiqué de presse partagé (IGLHRC, COC Netherlands, GATE, ILGA-Europe, TGEU, ARC International, STP 2012):

Human Rights Leaders Urge Turkish Government
to Drop Charges against Transgender Activists

Harassment of Transgender Individuals Must End

For Immediate Release
(New York, Nov 2, 2011) - In a joint letter sent to the Turkish Ministry of Justice today, seven human rights organizations called for an end to the continuous harassment of transgender individuals and human rights defenders and expressed alarm at the conviction and potential imprisonment of leaders from the organization Pembe Hayat.

On October 26, 2011, Ankara’s 15th Criminal Court of First Instance sentenced three transgender human rights defenders, Naz Güdümen , Buse Kılıçkaya , and Selay Tunç, to jail terms ranging from five to eighteen months.  They were convicted of offenses such as “resisting the police” and “insulting the police.” While the jail sentences for Ms. Tunc and Ms. Güdümen were suspended, the court’s ruling in the case of Ms. Kılıçkaya is to be enforced if it is upheld by the Court of Appeals.

The court’s ruling was based on charges for events that took place on June 19, 2010.  That day, the police pulled over the three human rights defenders while they drove through the Seyranbaglari Mah neighborhood in Ankara and subsequently arrested them. According to the groups, the arrests were arbitrary and part of a pattern of systematic harassment of transgender individuals, particularly those defending their human rights.

The letter to the Justice Minister was signed by the International Gay and Lesbian Human Rights Commission (IGLHRC), COC Netherlands, Global Action for Trans* Equality, the European Region of the International Lesbian, Gay, Bisexual, Trans and Intersex Association (ILGA-Europe), Transgender Europe (TGEU), ARC International, and STP 2012, International Stop Trans Pathologization Campaign.

Ms. Kılıçkaya and Ms. Tunç are co‐founders and current board members of Pembe Hayat, and Ms. Güdümen is an active member.  Pembe Hayat (Pink Life Lesbian, Gay, Bisexual, Transgender and Transsexual Solidarity Association) is an Ankara‐based organization that works to eliminate all forms of discrimination and violence motivated by homophobia and transphobia.

In their letter, the human rights organizations requested that Turkish authorities drop all charges against Ms. Güdümen, Ms. Kılıçkaya, and Ms. Tunç and investigate the discriminatory treatment of transgender individuals by the police and courts. The groups also requested the Turkish government provide sensitivity training for law enforcement officers and court officials in order to prevent future cases of transphobia and homophobia.

For more information, please contact:

In New York: Hossein Alizadeh
International Gay and Lesbian Human Rights Commission
(English): +1-212-430-6016

In Buenos Aires: Mauro Cabral
GATE - Global Action for Trans* Equality
(Spanish, English): +54-9-351-558-9876

In Amsterdam: Bjorn van Roozendaal
COC Netherlands
(Dutch, English): +31-622558300

In Geneva: John Fisher
ARC International
(French, English): +41-79-508-3968

In Stockholm: Maria Sundin
Transgender Europe
(English, Swedish) Tel: +46 70-729 01 66

In Brussels: Juris Lavrikovs
ILGA-Europe
(English, Russian, Latvian) + 32 496 70 83 75

In Madrid: Amets Suess
STP 2012, International Stop Trans Pathologization Campaign
(Spanish, English): + 34 659 52 44 46

31 octobre 2011:

STP 2012 à la Conférence d’ILGA-Europe
Human Rights and "Traditional Values": clash or dialogue?’, Turín, Italia

Du 27 au 30 octobre 2011, STP 2012 a participé à la Conférence d’ILGA-Europe ‘Human Rights and "Traditional Values": clash or dialogue?’, Turín, Italia (programme).

22 octobre 2011

Communiqué de presse de STP 2012

Actions pour la dépathologisation trans dans 70 villes de  32 pays

La Campagne Internationale STP 2012 appelle pour la Journée Internationale d’Action pour la Dépathologisation Trans – STP 2012 dénonce la détention d’activistes à Moscou.

Le samedi 22 octobre 2011, Journée Internationale d’Action pour la Dépathologisation Trans, ont donné lieu à des manifestations et des actions diverses  dans 70 villes de 32 pays à travers le monde. Les mobilisations suite à l’appel de la Campagne Internationale Stop Trans Pathologization STP 2012, avaient pour objectif de lutter pour la dépathologisation des identités trans.

Les principales revendications de STP 2012 sont le retrait de la catégorie “Dysphorie de genre/Troubles de l’identité de genre” des manuels de diagnostic (le DSM de de la American Psychiatric Association et de la CIM de l’Organisation Mondiale de la Santé), dans les éditions et révisions prochaines prévues pour 2013 et 2015, la garantie des droits sanitaires des personnes trans incluant une couverture médicale spécifique et de qualité aux personnes trans, l’abrogation des modèles des protocoles actuels au profit d’une évaluation basée sur l’autonomie et le consentement éclairé. Avec l’objectif est de faciliter la prise en charge par les organismes publics. STP 2012 propose une mention non pathologisante de la couverture médicale spécifiques aux trans dans la CIM, comme un processus de prise en charge qui ne serait pas basée sur l’idée d’une maladie.

Chaque mois d’octobre, la Campagne Internationale STP 2012 appelle à la mobilisation pour la dépathologisation trans. En 2010, 61 villes se sont mobilisées. En 2011, ce chiffre est monté à 70. “L’octobre Trans 2011” a compté plus de  120 actions pour la dépathologisation trans dans de nombreueses villes à travers le monde : manifestations, conférences, teliers, ciné-forums et performances. De plus, à cette date plus de 300 groupes, organisations, réseaux et fédérations d’Afrique, d’Amérique Latine, d’Asie, d’Europe, d’Océanie et d’Amérique du Nord ont adhéré à la Campagne  STP 2012.

La Campagne Internationale STP 2012 dénonce les détentions d’activistes à Moscou durant le rassemblement pour la dépathologisation trans et exige l’abandon de toutes les charges retenues contre toutes les personnes détenues.

STP 2012, Campagne Internationale Stop Trans Pathologization, 22 octobre 2011

Pour de plus amples informations sur la Campagne STP 2012: www.stp2012.info
Mail: contact@stp2012.info

STP Communiqué de presse: PDF

13 octobre 2011

STP 2012 au séminaire “Trans Health in the Nordic Context”, Linköping, Suède

Le 12 octobre 2011, STP 2012 a participé au Seminaire “Trans Health in the Nordic Context” à Linköping, Suède, organisé par le Nordic Trans Network, en collaboration avec Tema Genus Higher Seminars and Forum for Gender Studies & Equality, Université de Linköping, et Queer Seminar, Université de Uppsala.

29 septembre 2011

STP 2012 au Colloque de la WPATH à Atlanta

STP 2012 a participé dans el Colloque de la WPATH, World Professional Association for Transgender Health qui a eu lieu entre le 24 et le 28 septembre 2011 à Atlanta, États-Unis (programme).

10 Septembre 2011:

La Campagne Internationale STP 2012 publie la version en anglais et en portugais de son Communiqué
« Réflexions sur la dépathologisation trans et les droits sanitaires »

 La traduction du Communiqué de la Campagne Internationale STP 2012 “Réflexions sur la dépathologisation trans et les droits sanitaires”, publié en juillet 2011, est déjà disponible en anglais et portugais.   

Version en anglais
Version en portugais

Version en castillan

25 Août 2011:

STP 2012 participe au Seminaire “Dialogue on Increasing Access to Health Care for Transgender Communities”
Sexual Health and Rights Project (SHARP), Open Society Foundations

STP 2012 a participé au Seminaire “Dialogue on Increasing Access to Health Care for Transgender Communities”  qui a lieu entre le 21 et le 24 août 2011 à San Francisco, organisé par Open Society Foundation, Sexual Health and Rights Project (SHARP).

28 Juillet 2011: 

Communiqué de la Campagne STP 2012, juillet 2011

Réflexions sur la dépathologisation trans et les droits sanitaires

La Campagne Internationale STP-2012 vient de publier son communiqué annuel, ici disponible en format pdf (en castillan pour le moment):

Comunicado de la Campaña STP 2012: Reflexiones sobre despatologización trans y derechos sanitarios

15 Juillet 2011:

Proposition de la Campagne Internationale STP 2012 adressée à la  American Psychiatric Association

Au nom de la Campagne Internationale Stop Trans Pathologisation STP 2012, nous nous adressons au groupe de travail: “Sexual and Gender Identity Disorders” de la American Psychiatric Association, dans l'objectif de lui soumettre des propositions pour le projet de révision du DSM.

La Campagne STP 2012 est une initiative activiste internationale à la quelle adhérent plus de 270 groupes et réseaux activistes en provenance de différents continents.

À a la dernière Journée Internationale d'Action pour la Dépathologisation Trans, convoquée par STP 2012 en octobre 2010, des groupes d'activistes de 61 villes de l'Amérique du Nord, d'Europe, d'Amérique Latine, d'Asie et d'Afrique ont réalisés des manifestations, et d'autres actions afin d’exiger le retrait des catégories diagnostiquées de "dysphorie de genre" (ou d’autres termes équivalents) du DSM et de la CIM.

À partir de la Campagne STP 2012, nous avons révisé les dernières modifications de la section "dysphorie de genre" (ultérieurement "trouble de l'identité de genre") introduites dans le projet du DSM-5 en la date du 5 mai 2011, ainsi que la catégorie de "trouble de transvestisme" (dernière modification dans le projet du DSM-5: 14 octobre 2010).

Nous notons avec préoccupation que notre principale revendication reste sans effet: le retrait des catégories diagnostiques  relatives aux  expressions, trajectoires  et  identités trans du DSM.

Nous exprimons notre préoccupation pour les potentiels effets iatrogènes d'une classification des expressions, trajectoires et identités de genre trans comme trouble mental, vu  l'augmentation du risque d'exclusion sociale, de l'exposition à la violence transphobe et des répercutions sur la santé des personnes trans. De même, nous préoccupe l'attribution du diagnostique "dysphorie de genre" aux enfants dont les expressions d'identités de genre différent de ce que la société considère comme préférentielles, que ce soit au niveau vestimentaire ou d'activités "typiques" respectivement au genre assigné.

A part de la catégorie "dysphorie de genre", nous observons une continuité et un accroissement  des dynamiques de la  pathologisation des expressions de genre présentes dans la catégorie "fétichisme travesti", par la catégorie des “troubles travesti" (avec les sous-types du “fétichisme”, “autogynéphilie" et "autoandrophilie”), proposé dans le projet du DSM-5.

Nous considérons insuffisants les changements terminologiques, les modifications partielles des critères diagnostiques et  les changements structuraux introduits dans le brouillon du DSM-5 pendant que les catégories reliées aux expressions, trajectoires et identités trans continuent à faire partie du DSM, en son caractère et sa fonction de "Manuel de diagnostique et statistiques des troubles mentaux".

L'une de nos préoccupations présente dans le débat actuel est la garantie de la couverture publique des soins de santé pour les soins de santé spécifiquement  trans.

La demande d'accès aux soins de santé de qualité pertinente pour les personnes  trans, avec une couverture publique constitue l'un des objectifs principaux de la Campagne Internationale STP 2012. Toutefois, on ne devrait pas envisager de maintenir la catégorie de “dysphorie de genre" dans le futur DSM-5 ou dans la section des troubles mentaux de la CIM-11 pour une supposée utilité afin de pouvoir justifier la couverture publique des soins de santé.

À part des arguments déjà pré-cités, nous considérons qu'une catégorisation des trajectoires et identités trans comme trouble mental, loin d'en promouvoir l'accessibilité, peut se transformer en barrière à l'accès aux traitements de modification corporelle spécifiquement trans.

En contre partie, dans l'objectif de faciliter une justification de la couverture publique des soins de santé de modification corporelle pertinente pour les trans, dés STP 2012 nous proposons l'introduction d'une mention non pathologisante pour les soins de santé spécifiques aux trans dans le CIM-11, comme un processus d'assistance non basé sur un trouble mental ou une maladie.

Pour les raisons citées, depuis la Campagne Internationale STP 2012 nous demandons a l'American Psychiatric Association le retrait des catégories de "dysphorie de genre " et de "trouble du travestissement " (ou termes équivalents) du DSM-5.

Campagne Internationale STP 2012, juin 2011

www.stp2012.info

Contact: contact@stp2012.info 

10 juillet 2011:

STP 2012 à la Conférence Internationale “Naming and framing: the Construction of Sexual (In)equality”, IASSCS

Entre le 6 et le 9 juillet 2011, STP 2012 a participé à la Conferencia Internacional “Naming and framing: the Construction of Sexual (In)equality”, organisée par  IASSCS, International Association for the Study of Sexuality, Culture and Society, Universidad Complutense de Madrid (programme de la Conférence).

17 juin 2011:

Communiqué de presse partagé en relation a l’approbation de la Résolution sur droits de l’homme, orientation sexuelle et identité de Genre, Conseil des droits de l’homme, ONU

(texte en anglais)

Historic Decision at the United Nations: Human Rights Council Passes First-Ever Resolution on Sexual Orientation and Gender Identity

(Geneva, June 17, 2011) In a groundbreaking achievement for upholding the principles of the Universal Declaration of Human Rights (UDHR), the United Nations Human Rights Council has passed a resolution on human rights violations based on sexual orientation and gender identity (L9/rev1).

The resolution, presented by South Africa along with Brasil and 39 additional co-sponsors from all regions of the world, was passed by a vote of 23 in favour, 19 against, and 3 abstentions.  A list of how States voted is attached. In its presentation to Council, South Africa recalled the UDHR noting that “everyone is entitled to all rights and freedoms without distinction of any kind” and Brasil called on the Council to “open the long closed doors of dialogue”.

Today’s resolution is the first UN resolution ever to bring specific focus to human rights violations based on sexual orientation and gender identity, and follows a joint statement on these issues delivered at the March session of the council. It affirms the universality of human rights, and notes concern about acts of violence and discrimination based on sexual orientation and gender identity. This commitment of the Human Rights Council sends an important signal of support to human rights defenders working on these issues, and recognizes the legitimacy of their work.

“The South African government has now offered progressive leadership, after years of troubling and inconsistent positions on the issue of sexual orientation and gender identity. Simultaneously, the government has set a standard for themselves in international spaces. We look forward to contributing to and supporting sustained progressive leadership by this government and seeing the end of the violations we face daily”. (Dawn Cavanagh, Coalition of African Lesbians)

The resolution requests the High Commissioner for Human Rights to prepare a study on violence and discrimination on the basis of sexual orientation and gender identity, and calls for a panel discussion to be held at the Human Rights Council to discuss the findings of the study in a constructive and transparent manner, and to consider appropriate follow-up.

“That we are celebrating the passage of a UN resolution about human rights violations on the basis of sexual orientation is remarkable, however the fact that gender identity is explicitly named truly makes this pivotal moment one to rejoice in,” added Justus Eisfeld, Co-Director of GATE.  “The Human Rights Council has taken a step forward in history by acknowledging that both sexual and gender non-conformity make lesbian, gay, trans* and bi people among those most vulnerable and indicated decisively that states have an obligation to protect us from violence.”

"As treaty bodies, UN special procedures, and national courts have repeatedly recognized, international human rights law prohibits discrimination on the grounds of sexual orientation and gender identity.” (Alli Jernow, International Commission of Jurists)

The resolution is consistent with other regional and national jurisprudence, and just this week, the 2011 United Nations Political Declaration on HIV and AIDS recognised the need to address the human rights of men who have sex with men, and the Organization of American States adopted by consensus a resolution condemning violence and discrimination on the basis of sexual orientation and gender identity.

Earlier in this 17th session of the Human Rights Council, the UN Special Rapporteur on violence against women, its causes and consequences, Rashida Manjoo, reported to the Council that:

“[C]ontributory factors for risk of violence include individual aspects of women’s bodily attributes such as race, skin colour, intellectual and physical abilities, age, language skills and fluency, ethnic identity and sexual orientation.”

The report also detailed a number of violations committed against lesbian, bisexual and trans women, including cases of rape, attacks and murders.  It is therefore regrettable that a reference to "women who face sexuality-related violence" was removed from the final version of another resolution focused on the elimination of violence against women during the same session.  

"Despite this inconsistency, we trust the UN resolution on sexual orientation and gender identity will facilitate the integration of the full range of sexual rights throughout the work of the UN." (Meghan Doherty, Sexual Rights Initiative).

A powerful civil society statement was delivered at the end of the session, welcoming the resolution and affirming civil society’s commitment to continuing to engage with the United Nations with a view to ensuring that all persons are treated as free and equal in dignity and rights, including on the grounds of sexual orientation and gender identity.

“Now, our work is just beginning”, said Kim Vance of ARC International. “We look forward to the High Commissioner’s report and the plenary panel next March, as well as to further dialogue with, and support from, those States which did not yet feel able to support the resolution, but which share the concern of the international community at these systemic human rights abuses.” 

ARC International, John Fisher (Geneva) +41 79 508 3968 or john@arc-international.net
Amnesty International
, Peter Splinter (Geneva) +41 (0) 22 906 9483 or Emily Gray (London) +44 (0) 20 7413 5865
CAL – Coalition of African Lesbians
, Dawn Cavanagh (South Africa) + 27 11 918 6115 or dawn@cal.org.za
COC Nederland
, Björn van Roozendaal (Netherlands) +31 6 22 55 83 00 or BvanRoozendaal@coc.nl
Council for Global Equality
, Mark Bromley (Washington)  +1.202.719.0511 or Mark@globalequality.org
GATE - Global Action for Trans* Equality
, Justus Eisfeld (New York) jeisfeld@transactivists.org, +1-646-341-1699 or Mauro Cabral (Argentina) mcabral@transactivists.org or +54 9 351 5589876
Heartland Alliance for Human Needs & Human Rights
, Stefano Fabeni (Washington) +1 312-919-3512 or sfabeni@heartlandalliance.org
Human Rights Watch
, Siphokazi Mthathi (South Africa) mthaths@hrw.org or + 27 82 777 1319/ +27 11 484 2640 or Juliette De Rivero (Geneva) +41 079 640 1649 or derivej@hrw.org
IDAHO - International Day Against Homophobia and Transphobia
, Joel Bedos (France) jbedos@dayagainsthomophobia.org
IGLHRC - International Gay and Lesbian Human Rights Commission
, Jessica Stern (New York) + 1 212 430 6014 or jstern@iglhrc.org
ILGA- the International Lesbian, Gay, Bisexual, Trans and Intersex Association
, Renato Sabbadini, +32 474 857 950 or renato@ilga.org
International Campaign Stop Trans Pathologization STP 2012
, Amets Suess, stp2012@gmail.com
International Commission of Jurists
, Alli Jernow (Geneva) +41(0)22 979 3800) or allison.jernow@icj.org
International Service for Human Rights (ISHR)
, Bjorn Pettersson (Geneva), b.pettersson@ishr.ch, +41 22 919 7117
Sexual Rights Initiative
, Meghan Doherty, Sexual Rights Initiative, +41 (0)78 871 6713 or meghan@acpd.ca
Thailand's Sexual Diversity Network
, Paisarn Likhitpreechakul +66 81 634 3450 or forsogi@gmail.com
Transgender Europe (TGEU),
Carla LaGata (Germany), mana@zedat.fu-berlin.de

Attachment (Records of Vote and Co-Sponsorship)
States supporting the resolution: Argentina, Belgium, Brazil, Chile, Cuba, Ecuador, France, Guatemala, Hungary, Japan, Mauritius, Mexico, Norway, Poland, Republic of Korea, Slovakia, Spain, Switzerland, Ukraine, Thailand, UK, USA, Uruguay
States against the resolution: Angola, Bahrain, Bangladesh, Cameroon, Djibouti, Gabon, Ghana, Jordan, Malaysia, Maldives, Mauritania, Nigeria, Pakistan, Qatar, Moldova, Russian Federation, Saudi Arabia, Senegal, Uganda.
Abstentions: Burkina Faso, China, Zambia
Absent: Kyrgyzstan, Libya (suspended)

Co-Sponsors of the resolution: Albania, Argentina, Australia, Austria, Belgium, Bolivia, Brazil, Canada, Chile, Colombia, Croatia, Cyprus, Czech Republic, Denmark, Estonia, Finland, France, Germany, Greece, Honduras, Iceland, Ireland, Israel, Italy, Luxembourg, Netherlands, New Zealand, Norway, Poland, Portugal, Romania,  Serbia, Slovenia, South Africa, Spain, Sweden, Switzerland, Timor-Leste, United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland, United States of America, and Uruguay.

10 décenbre 2010:

STP 2012 à la XXV Conférence Mondiale de ILGA, São Paulo

Entre le 4 et le 9 décembre 2010, STP 2012 a participé à la XXV Conférence Mondiale de ILGA, célébrée à São Paulo, Brésil (programme de la Conférence).

1er décembre 2010:

Communiqué de presse du Réseau pour la Dépathologisation des Identités Trans de l’État espagnol, 1er décembre 2010 :

Guide de Bonne Pratiques pour les Soins de Santé à Personnes Trans est publié en version anglaise

En octobre 2010, le Réseau pour la Dépathologisation des Identités Trans de l’État espagnol a présenté un document de référence pour la création de politiques de santé non-pathologisantes. Cette semaine la traduction à l’anglais de ce Guide de Bonnes Pratiques a été publié. L’activité forme partie de la Campagne Internationale Stop Trans Pathologization (STP 2012) qui a réalisé des manifestations et des activités dans 61 villes dans le monde le samedi 23 octobre 2010.

Un guide de bonnes pratiques pour les soins de santé des personnes trans a été présenté le 17 Octobre 2010 par le Réseau pour la Dépathologisation des Identités Trans de l’État espagnol en vue de proposer un nouveau modèle de soins de santé pour les personnes trans. La publication présente des propositions pour assurer le droit de décision sur le propre corps dans un contexte de counselling et de consentement éclairé, en remplaçant l'actuel modèle d'évaluation par un modèle d'autonomie.

Ce guide, élaboré par des activistes et des chercheurs trans essaye de systématiser les principales critiques du modèle de santé actuel et présente des principes alternatifs pour la génération d'un protocole de soins des personnes trans d'une perspective non-pathologisante.

La publication du Guide de Bonnes Pratiques fait partie de la Campagne internationale STP 2012, qui convoque chaque octobre depuis 2007, les mobilisations pour exiger  le retrait des Trouble d’Identité de Genre des catalogues internationaux de maladies. Le samedi 23 a marqué une nouvelle étape pour le mouvement trans au niveau international avec des manifestations et activités simultanées dans 61 villes à travers le monde.

Avec le Guide des bonnes pratiques, le Réseau pour la Dépathologisation des Identités Trans de l’État espagnol a voulu présenter des principes et des propositions concrètes pour promouvoir un modèle de soins de santé dess personnes trans qui est basé sur une  perspective de dépathologisation.

Le Réseau pour la Dépathologisation des Identités Trans de l’État espagnol invite les groupes d'activistes trans du monde entier à publier et distribuer ce document afin de pouvoir le discuter dans leurs communautés et l'adapter aux besoins et aux priorités de chaque contexte spécifique.

DÉCHARGER LE DOCUMENT:

Version en castillan: Guía de Buenas Prácticas para la Atención Sanitaria a Personas Trans en el marco del Sistema Nacional de Salud: http://stp2012.info/guia/STP-propuesta-sanidad.pdf

Version en anglais: Best Practices Guide to Trans Health Care in the National Health Care System: http://www.stp2012.info/guia/STP_guide_health.pdf

Pour plus d’information:

WEB STP 2012 INTERNACIONAL: www.stp2012.info
BLOG STP 2012 ÉTAT ESPAGNOL: http://stp2012.wordpress.com

29 novembre  2010:

STP 2012 à la International Trans Remembrance Conference, Ankara

 

Foto: Pembe Hayat

Entre le 22 et le 28 novembre 2010, STP 2012 a participé à la International Trans Remembrance Conference, organisée par Pembe Hayat (Pink Life Association) à Ankara, Turquie.

 

17 octobre 2010:

Communiqué de Presse du Réseau espagnol pour la Dépathologisation des Identités Trans, 17 octobre 2010:

Le Réseau espagnol pour la Dépathologisation des Identités Trans publie un guide pour un nouveau modèle de santé

La Réseau espagnol pour la Dépathologisation des Identités Trans présente un document de référence pour la construction de politiques de santé non-pathologisantes. Ce travail fait partie de la campagne internationale Stop Trans Pathologization (STP2012) qui organisera le samedi 23 octobre prochain une journée inédite de manifestations et activités dans 57 villes. 

Un guide de bonnes pratiques sur les soins de santé aux personnes trans a été présenté par le Réseau espagnol pour la Dépathologisation des Identités Trans dans le but d’éradiquer la psychiatrisation à laquelle sont soumises les personnes trans. Dans la publication se développent plusieurs propositions pour assurer le droit de décision sur son propre corps dans une logique de counselling et de consentement éclairé, en remplaçant le modèle actuel d’évaluation par un modèle d’autonomie.

Le Guide, élaboré par des activistes et chercheurs trans, liste les principales critiques du modèle actuel de soins et présente des principes alternatifs pour la réalisation d'un protocole de soins de santé pour les personnes trans dans le Système Nationale de Santé dans une  perspective non-pathologisante.

"La maladie n’est pas chez les personnes qui ont des expériences diverses dans leur vécu du sexe et du genre, mais dans la transphobie de la société d'aujourd'hui. Nous revendiquons le droit des personnes trans d’avoir accès à des soins de santé de qualité et publiquement remboursés, sans être soumis à un processus de diagnostic et d'évaluation de genre en termes psychiatriques ", a déclaré Alire Araneta, une des porte-paroles du Réseau pour Dépathologisation Identités Trans, qui a participé à la rédaction du guide de santé alternatif pour la prise en charge des personnes trans présenté ce dimanche.

La publication de ce document coïncide avec le “Octobre Trans” initié en 2007 par le Réseau International pour la Dépathologisation Trans pour exiger le retrait des troubles de l'identité sexuelle des listes de classifications internationales des maladies. Le samedi 23 marquera un nouveau tournant pour le mouvement  trans international, car il y aura des manifestations et des activités simultanément dans 57 villes à travers le monde, dont 18 dans le contexte espagnol.

« À un paradigme qui considère les identités trans comme une maladie nous opposons  la reconnaissance de la diversité comme une valeur humaine essentielle et basique. Nous plaidons pour que ce changement de paradigme dans notre société s'étende et se traduise en des changements concrets dans les domaines juridiques et de santé », dit Aimar Suess, un autre des porte- paroles de la campagne.

Le Réseau espagnol pour Dépathologisation Identités Trans a réitéré son appel au gouvernement espagnol de modifier la loi actuelle 3 / 2007, connue sous le nom de  « Loi d’identité de genre » dans le but de permettre la reconnaissance juridique du nom et/ou genre choisi sans l'exigence d'un diagnostic et d’un traitement médical. Le Réseau propose également la suppression de la mention du sexe dans les documents publics officiels, étant donné que c'est une donnée obsolète dont la suppression faciliterait grandement la vie quotidienne des personnes trans.

Progrès de la demande dépathologisante dans l’État espagnol

L'année 2007 a été le point de départ d'une mobilisation internationale coordonnée par des militants de Madrid, Barcelone et Paris. À partir de cette date, chaque mois d’octobre ont lieu des manifestations pour la dépathologisation trans dans plusieurs villes à travers le monde.

Les mobilisations promues par le Réseau pour la Dépathologisation Trans ont réussi cette année à faire se prononcer le Gouvernement espagnol en faveur de la demande. Toutefois, l'annonce gouvernementale de faire des démarches avec l'Organisation Mondiale de la Santé pour l'élimination de la transsexualité de leur liste des maladies, n'a pas encore considéré la modification de la loi espagnole dite “Loi d’identité de genre”, exigeant encore un diagnostic de dysphorie de genre et des traitements médicaux d’au moins deux ans pour le changement  de nom et de la mention de sexe.

Pour sa part, récemment, le Ministère de la Santé et de la Politique Sociale a créé un groupe de travail chargé d'élaborer un protocole de soins de santé pour les personnes trans.

Le Réseau espagnol pour Dépathologisation des Identités Trans a à l'occasion demandé au Ministère de la Santé et de la Politique Sociale d’envisager la participation du mouvement trans dans les processus de  construction de politiques publiques de santé et notamment l’inclusion des représentants dûment qualifiés du Réseau pour Dépathologisation des Identités Trans dans ce groupe de travail pour le développement d'un protocole de soins de santé pour les personnes trans.

"Nous le disons ouvertement et clairement. Nous avons mené la lutte pour dépathologisation localement et à un niveau international, et en tant que réseau d'activistes spécialisés dans ce domaine, le processus des politiques de santé trans-spécifiques, nous avons toute notre place dans l'élaboration d'un protocole de soins de santé pour les personnes trans." souligne Miquel Missé, militant transet également porte-parole de la campagne pour dépathologisation trans.

Parmi les événements publics les plus importants qui se tiendront en Espagne, se trouvent les marches de Madrid et de Barcelone dans la soirée du samedi 23 sur la place de Jacinto Benavente à 19h30 à Madrid et sur la place Universitat à 18h à Barcelone.

STP-2012 INTERNATIONAL: http://www.stp2012.info
STP-2012 – ESPAGNE: http://stp2012.wordpress.com

 

6 octobre 2010

3ème Rencontre Trans Européenne du TGEU à Malmoe

 

(Source de l’image: www.tgeu.org)

STP 2012 était présente lors de la 3ème Rencontre Trans Européenne organisée par Transgender Europe (TGEU) à  Malmoe, en Suède, entre le 30  septembre et le 3 octobre 2010 (pour plus d'informations sur le programme: Cliquez ici).

 
Le Réseau international pour la dépathologisation trans condamne la violence transphobe raciste, à la fois physique, verbale et institutionnelles subie par les activistes trans de Turquie lors de son séjour à Malmoe et leur apporte son soutien.

 
Pour lire la déclaration adoptée par les participantEs de la rencontre soutenue par des différents réseaux d’activistes internationaux, y compris le Réseau international pour la Trans dépathologisation: cliquez ici.

 

26 aôut 2010:

STP-2012 au Parlement Européen

Le prochain 1er Septembre 2010, la Campagne Internationale STP-2012 sera présente à la Conférence (Trans)Gender Equality?, présentée par Marije Cornelissen (Les Verts / EFA) et co-organisée par Eva-Britt Svensson (GUE / NGL), Britta Thomsen (S & D), Antonyia Parvanova (ALDE) et l'Intergroupe sur les droits LGBT, qui se tiendra au Parlement Européen, à Bruxelles.

Plus d'informations: http://www.greens-efa.org/cms/default/dok/347/347511.htm


21 juin 2010:

Video: Manifestation Internationale de Lutte Trans et Intersex - Barcelona - 5 juin


5 juin 2010:

Communiqué de presse: Manifestation Internationale de Lutte Trans et Intersex

Barcelone a accueilli ce samedi la plus grande manifestation contre la pathologisation de la transsexualité de l'histoire.

mani 1

mani 2

mani 4

Aujourd'hui, samedi 5 Juin plusieurs activistes trans provenant des cinq continents se sont manifesté à Barcelone pour exiger le retrait  de la transsexualité des manuels de maladies . Dans le cadre du premier Congrès d’Identité de Genre et Droits Humains  qui s’est déroulé cette semaine à Barcelone, aujourd’hui, samedi, a eu une manifestation publique dans les rues de Barcelone, organisée par le Réseau international pour la Dépathologisation Trans pour exiger le retrait de la transsexualité des manuels de classification de maladies.

L'événement s'inscrit dans le cadre de la campagne de lutte  STP 2012, qui lutte pour que l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et l'American Psychiatric Association (APA) cessent de considérer la transsexualité comme une maladie. En même temps ils exigent au  gouvernement espagnol l'élimination du diagnostic de “dysphorie de genre” et du traitement médical d'au moins deux ans en tant que critères d'admissibilité pour changer le nom et la mention de sexe légal, en vertu de la loi d’identité de genre  adopté en 2007.

La campagne internationale pour la dépathologisation de la transsexualité, Stop Trans Pathologization, a eu un grand impact sur l'ordre du jour du mouvement des lesbiennes, gays, transsexuels et bisexuels, en réussissant le dernier octubre des manifestation dans plus de 40 villes à travers le monde. L'événement a réuni plus d'un millier de militants venus des cinq continents et s’est déroulé dans une ambiance très participative et culturellement diversifié. Il a conclu dans la Plaça de Sant Jaume avec une performance et la lecture d'un manifeste des droits humains  des personnes trans, la dénonciation de la transphobie et la demande de la dépathologisation de la transsexualité.

RÉSEAU INTERNATIONAL POUR LA DÉPATHOLOGISATION TRANS

www.stp2012.info

stp2012@gmail.com

 

25 maig 2010:

Spot: Manifestation Internationale de Lutte Trans-Intersex


12 maig 2010:

STOP TRANS PATHOLOGIZATION

Manifestation Internationale de Lutte Trans-Intersex

Samedi 5 juin 2010 à 19h À la Pl. Universitat- Metro L1 et L2- BARCELONA (État espagnol) Organise: Réseau Internationale pour la Dépathologisation Trans Convoque: Trans-Block, Xarxa d’Acció Trans-Intersex de BCN.

Pour plus d'info: www.stp2012.info, stp2012@gmail.com

Au mois de juin prochain la ville de Barcelone accueillera différents événements importants pour les personnes trans, à l’échelle mondiale.

Le 2 juin à 20h, à l’Espai Francesca Bonnemaison, c/Sant Pere més Baix, 7 (Barcelone) aura lieu le lancement officiel du premier livre espagnol sur la dépathologisation intitulé “El género desordenado : Críticas en torno a la patologización de la transexualidad”, édité par Miquel Missé et Gerard Coll-Planas et publié par EGALES (plus d’informations www.elgenerodesordenado.wordpress.com).

Les 4 et 5 juin sera organisé dans la ville un Congrès International sur l’Identité de Genre et les Droits Humains (plus d’informations: www.congenid.org).

Le samedi 5 juin à 19h sera organisée une marche internationale des personnes trans et intersexué-e-s, organisé par le Réseau International pour la Dépathologisation et ayant pour slogan: STOP TRANS PATHOLOGISATION (plus d’informations: www.stp2012.info).

On espère voir tout le monde dans la rue, une fois encore, la résistance trans !


4 maig 2010:

Communiqué  du Réseau International pour la Dépathologisation Trans  

Depuis les mobilisations du dernier 17 octobre 2009 dans plus de 40 villes dans le monde de la campagne Stop Trans Pathologization-2012 plusieurs choses se sont passées qui situent de nouveaux éléments dans le cadre de la lutte pour la dépathologisation des identités trans.

Ce communiqué est une réflexion sur la situation actuelle du mouvement pour la dépathologisation et une brève analyse de cinq éléments remarquables qui modifient le panorama mondial du mouvement.

Le principal objectif de ce réseau et sa principale campagne STP-2012 a été celui de créer une mobilisation sociale ample pour dénoncer le fait que la transsexualité soit considérée une maladie mentale dans les catalogues internationaux de maladies. Ce premier objectif qui au début semblait si lointain a été réussit et la lutte pour la dépathologistaion des identités trans est un thème fondamental dans l’agenda des mouvements sociaux LGTB mais surtout du mouvement trans et aussi une question connue par les organismes internationaux de droits humains, les administrations publiques, les chercheurs sociaux, les médecins et les psychiatres.

Actuellement, nos objectifs vont au-delà de la dénonciation de cette réalité. Il s’agit de réussir  un véritable changement dans ces manuels en protégeant les droits sanitaires des personnes trans. D’un coté on doit en finir avec l’idée de que l’identité trans est en soi pathologique et de l’autre reconnaître les modifications corporelles des personnes trans comme des demandes valables fruit d’un sysème social binaire. Dans ce sens dans le même temps que l'on demande la déclassification de la transsexualité, on considère important/on relève la nécessité d'assurer que les personnes trans pourront modifier leur corps sans besoin d’un diagnostic psychiatrique ou de n’importe qu’elle autre pathologie organique.

Comme nous l'avons remarqué  précedemment, il y a cinq éléments qui apportent d’intéressants changements dans la lutte pour la dépathologisation trans.

Premièrement, le retard de la date de publication du prochain DSM-V. D'abord, l’American Psychiatric Association (APA)  avait communique que la cinquième version du DSM apparaîtrait en mai 2012. Il y a quelques semaines ils ont modifié la date et actuellement la publication du DSM est fixée pour 2013. Quelques voix critiques signalent que ce retard est dû aux nombreuses critiques que le processus de révision de ce manuel a reçu. Un signe positif qui signifie que les moblisations contre les nouveaux troubles du DSM en général commencent à prendre de l’importance dans la révision du manuel. Même si la date a changé, le slogan de la campagne restera "STP-2012".

Deuxièmement, le 18 janvier 2010 dernier, pendant le V Congrès d’Education, Orientation et Thérapie Sexuelle de la Sociedad Cubana Multidisciplinaria para el Estudio de la Sexualidad (SOCUMES), se fit une une déclaration pour la dépathologosation de la transsexualité. Cette position, en plus de mettre sur la table la signification internationale de ce débat, c’est un référent essentiel de soutien à/pour la lutte pour la dépathologisation trans.

Troisièmement, le dernier 10 février 2010 l’APA a publié le brouillon du DSM-V, la cinquième édition de leur Manuel Diagnostic et Stathistique de Troubles Mentaux. Avant tout, nous voudrions souligner que la demande principale de STP-2012, la déclassification des identités et expressions de genre trans du DSM, perdure. Nous considérons que les modifications terminologiques introduites dans le brouillon, qui par son langage sembler vouloir s'emparer du discours activiste critique, ne supposent pas de changement dans le fond, mais une continuation et amplification d’un modèle profondément pathologisant.

Concrètement, nous dénonçons le rôle très important joué par les psychiatres Kenneth Zucker (directeur du groupe de travail sur les troubles sexuels du DSM-V) et Ray Blanchard, proffessionnels qui ont plaidé pour les therapies “correctives” pour les personnes trans et qui dès le debut (préciser le début de "quoi"), et comme cela c’est passé dans le brouillon du DSM-V, avaient la ferme intention de pathologiser davantage les personnes trans.

Nous aimerions de plus signaler  la relation intrinsèque entre le concept de “incongruence de genre” et le système binaire en vigueur qui perçoit les processus de transition comme pathologiques par eux-mêmes. Selon la logique sous-jacente au brouillon du DSM-V, “l’incongruence de genre” cesse dès lors que la personne qui transitionne adopte un genre stable et arrêté. Dans ce sens, la “voie de sortie” du diagnostic équivaut à un retour au système de genre établit.

Nous observons avec préoccupation la le maintien de la  pathologisation des identités et expressions de genre non-normatives chez les enfants, ainsi que l’amplification des critères de pathologisation des adolescent-e-s  et des adultes. Pas seulement à  travers le diagnostic “d’incongruence de genre” mais aussi et surtout à  son extension à une ample gamme d’identités et expressions de genre transgenre (qui ne se limite plus aux personnes trans qui souhaitent un traitement hormonal et/ou chirurgical). Le terme même d'"incogruence de genre" peut s'élargir à toutes les modalités de la féminité ou de la masculinité. Ainsi chaque personne ne correspondant pas aux normes de genre établies et qui ne souhaite pas nécessairement transitionner peut se voir, selon ses critères, attribuer un trouble mental.

Les personnes intersexes aussi sont inclues dans la catégorie “incongruence de genre”. Pour cela, nous soutenons le communiqué ecrit par l’Organisation Internationale d’intersexes (OII).  Si on assigne à un enfant intersexe des procoles médicaux et chirurgicaux radicaux, sans son consentement, il est innaceptable que l’on considère comme un trouble psychologique d’incongruence de genre le fait qu’il veuille exercer sa propre option d’assignation.

Dans le même essai, le “ trouble du travestissement”; la portée de celui-ci s'étends à toute personne étant légalement homme qui se travestissent. Dans cette perspective même les femmes trans pourraient être comprises dans cette catégorie pathologisante. Il ne se passe pas la même chose avec ces femmes qui se travestissent en homme, un fait qui illustre l’idéologie sexiste qui domine ce raisonnement. En ce sens, nous soutenons point par point la pétition  pour le retrait de ce trouble réalise par l’International Foundation for Gender Education (IFGE), et nous vous proposons de voter leur proposition"TELL THE APA: “CROSSDRESSING IS NOT A DISORDER! Drop 302.3 from the DSM"  http://dsm.ifge.org/petition/.  

Nous considérons que la présence des catégories nommées dans le brouillon du DSM-V renforcent un modèle pathologisant, où nous déplorons que le “problème” se situe dans la personne qui désire modifier le genre qui lui a été assigné et non pas dans la transphobie, en entretenant cette même transphobie à travers la création de références pathologisantes.  

 

Quatrièmement, nous signalons  que le Ministère de la Santé français a publié en février 2010 un décret qui transfert la transidentité d'une ALD à une autre (Affection Longue Durée), un système qui permet le remboursement de soins par le système de sécurité sociale français. De fait, les personnes trans passent avec ce décret d'une ALD 23 (affections psychiatriques longue durée) à une ALD 31. Ce décret ne va pas dans le sens d’une dépsychiatrisation de la transidentité car en pratique, rien ne change pour les personnes trans qui restent considérées comme des malades devant être soumis-e-s à un suivi psychiatrique.

Enfin, une nouvelle de dernière heure: Le Gouvernement,à travers une question posée au Congrès des Deputés espagnol (l'équivalent de l'Assemblée Nationale), partage le besoin de ne plus classer  la transsexualité comme un trouble mental. Pour cela, et en comprenant que cette déclaration peut être un possible pas en avant, nous estimons néanmoins que si le Gouvernement comprend réellement l’importance de la déclassification de la transsexualité  des manuels internationaux de maladies mentales, il devrait  par la même occasion réviser sa propre Loi 3/2007 du 15 mars (Ley reguladora de la rectificación registral de la mención relativa al sexo de las personas) qui régule les changements   en lien avec la mention du nom et du sexe des personnes trans dans les documents officiels. Cette loi établit comme condition obligatoire pour réaliser ces changements, l’obtention d'un certificat de diagnostic de “dysphorie de genre”, en contribuant de cette façon à la pathologisation des identités trans.

De la même manière, la proposition de déclassifcation de la transsexualité comme un trouble mental devrait s’accompagner d’une révision des protocoles cliniques du processus de réassignation de genre, en substituant à l’actuel régime d’autorisation un modèle qui permette une décision autonome et informée de la personne intéressée. En résonnance avec des déclarations de droits humains récentes, nous insistons sur le fait que inclure le processus de réassignation de genre dans les prestations publiques constitue un droit sanitaire basique qui n’exige pas de diagnostic psychiatrique. En tenant en compte des points ci écrit nous voulons souligner que notre demande principale continue d’être le retrait des classifications pathologisantes des identités et des expressions de genre trans des catalogues de diagnostic internationaux. De plus, nous revendiquons le libre accès, sans besoin de diagnostic psychiatrique ou de classification de maladie organique, aux processus de modifications corporelles pour les personnes qui le désirent, sous la garantie de l’assurance publique de ces interventions.  

 

Nous rappelons donc que les cinq objectifs du Réseau soient toujours en vigeur:

  1. le retrait du « trouble d’identité de genre» des manuels internationaux de diagnostic (DSM IV et CIM 10)
  2. le retrait de la mention du sexe dans les documents officiels (carte d’identité, carte de sécurité sociale,…)
  3. l’abolition des traitements de normalisation binaire imposés aux personnes transgenres et intersexuées (appelés « protocoles »)
  4. le libre accès aux traitements hormonaux et chirurgicaux, sans tutelle psychiatrique
  5. la mise en œuvre d’actions contre la transphobie, la formation éducative et l’insertion sociale des personnes trans dans le monde du travail

   

    Nous profitons de ce communiqué pour annoncer les prochaines mobilisations de la campagne dans lequelles nous attendons vous retrouver ainsi que d’autres nouvelles importantes.

    -        Apres beaucoup de travail les activistes de Madrid (Etat espagnol) ont créée un nouveau site web: www.stp2012.info  

    -     Durant le mois de juin se publiera en Espagne le premier livre en langue espagnole sur la dépatholgoisation trans: El género desordenado: Críticas en torno a la patologización de la transexualidad de Gerard Coll-Planas y Miquel Missé (éditeurs)  

     

    -        Manifestation internationale pour la dépathologisation de la transsexualité: mois de  juin prochain aura lieu a Barcelone le Congrès International sur Identité de Genre et Droits Humains. En profitant de cette rencontre la campagne STP-2012 réalisera une mobilisation internationale dans la ville de Barcelone. La date de la mobilisation est le samedi 5 juin 2010.  

     

    -        La date de la prochaine mobilisation simultanée en plusieurs villes sera le 23 octobre 2010.  

 

Reseau International pour la Dépathologisation Trans, avril 2010


10 avril 2010:

Proposition de pétition a l’American Psychiatric Association

En résonnance avec les déclarations internationales des droits humains plus récentes, comme les Principes de Yogyakarta (2007) et le rapport thématique “Droits Humains et identité de genre” du Commissaire des Droits Humains du Conseil de l'Europe (2009):

1. Nous revendiquons que la libre expression de l’identité de genre ne soit pas une maladie, mais un droit humain basique. Pour cette raison, nous demandons la déclassification des “troubles d’identité de genre” du DSM. Nous considérons que la modification terminologique proposée dans le brouillon du DSM-V (de “trouble de l’identité de genre vers “incongruence de genre”) ne signifie pas un changement dans le fondmais perpétue au contraire un modèle pathologisant des expressions et identités de genre, en fomentant le risque d’exclusion sociale et la transphobie envers les personnes trans, et maintenant aussi celui des personnes intersexuées. Selon les déclarations précédemment nommées, le droit de faire une transition librement, et le droit à une sécurité sociale ne devrait pas dépendre d’un diagnostic psychiatrique.

2. En relation avec le collectif intersexué, les personnes intersexuées assignées à la naissance et par le biais de protocoles médicaux à un des deux genres, vont désormais faire partie de “l’Incongruence de Genre” (sous-type de “trouble du développement sexuel”), si finalement elles décident que le genre auxquelles elles ont été assignées ne leur correspond pas. Si on assigne un genre a un enfant intersexué sans son consentement, il est inacceptable que l’on considère comme un trouble psychologique d’incongruence de genre le fait qu’il veuille exercer sa propre option d’assignation.

3. Par rapport au diagnostic nommé dans le brouillon “ trouble travestiste”, la portée de celui-ci s’amplifie considérablement en s’étendant à toute personne étant légalement homme qui se travestirait, en incluant aussi ceux qui sont gays ou bisexuels (qui étaient exclus du “fétichisme travestiste du précédent DSM-IV-R). Même les femmes trans pourraient être comprise dans cette catégorie pathologisante sous le terme de “autogynephilie”, par lequel on laisse entendre que ces femmes transitionneraientt pour des raisons plus “obscures” que leur simple bien-être par rapport a leur identité de genre. Soulignons qu’on ne tire pas les mêmes conclusions des femmes qui se travestissent en homme, un fait qui illustre l’avantage socialement attribuée a l’image masculine sur la féminine. En ce sens, le diagnostic est imprégné d’une idéologie de genre sexiste.

Dans beaucoup de pays autour du monde, le travestisme continue a être considéré comme un délit et la présence continue de ce diagnostic dans le DSM entretient encore plus la stigmatisation et l'oppression des personnes de genre divers de la part des autorités locales.

Nous rappelons également que le psychiatrique et ex-président du groupe de travail du DSM_IV Frances Allen, a écrit récemment dans le Psychiatric Times : “en tant que psychiatres, on a les mains occupées à prendre soin de la souffrance et de l’angoisse causées par des troubles mentaux réels. Il n’y a aucun besoin de dépasser ces limites pour couvrir les pensées et les comportements sexuels qui sont de caractère privé et pas dangereux.”

D’autre part, en février 2010, la Direction Norvégienne de la Santé, en suivant l’exemple du Danemark (1995) et de la Suède (2009), a invalidé le diagnostic de “fétichisme travestiste” dans le manuel psychiatrique norvégien. La Direction de la Santé a expliqué: “ Il n’y a pas eu de changements dans ces diagnostics depuis 100 ans... Dans le meilleur des cas ces diagnostic sont complètement superflus. Dans le pire des cas, ils stigmatisent des groupes minoritaires de la société.”

Pour ces raisons, nous demandons la déclassification des “troubles identité de genre” et celui du “trouble travestiste” du prochain DSM-V.



Communiqué de Presse

Du Réseau pour la Dépathologisation des Identités Trans de l’État espagnol

7 avril 2010:

Le Gouvernement espagnol reconnaît le besoin de déclassifier la transsexualité comme un trouble mental

Le 15 mars 2010, le Congrès des Députés d’Espagne a répondu à une question posée par le député Joan Herrera du Groupe Parlementaire ERC_IU_ICV. La question portait sur la position du Gouvernement vis-à-vis de la classification de la transsexualité comme trouble mental. La réponse du Gouvernement semble être très claire: “Le Gouvernement espagnol partage le besoin de déclassifier la transsexualité comme trouble mental”. 

Le Réseau pour la Dépathologisation des Identités Trans de l’État espagnol se félicite de cette prise de décision et la considère comme un possible pas en avant.

Nous estimons néanmoins que si le Gouvernement comprend réellement l’importance de la déclassification de la transsexualité  des manuels internationaux de maladies, il devrait réviser sa propre Loi 3/2007 du 15 mars (Ley reguladora de la rectificación registral de la mención relativa al sexo de las personas) qui régule les changements de la mention du nom et du sexe des personnes trans dans les documents officiels. Cette loi établit comme condition obligatoire pour réaliser ces changements l'accréditation d'un certificat de diagnostic de “dysphorie de genre”, en contribuant de cette façon à la pathologisation des identités trans.

Ces derniers mois, un mouvement fort s’est généré en Espagne et dans le monde dans lequel les personnes trans ont revendiqué la dépathologisation de la transsexualité. En octobre 2009, 40 villes dans le monde, dont 15 en Espagne, se sont mobilisées pour cette cause sous le slogan: STOP TRANS PATHOLOGIZATION-2012. Depuis 2007, de nouveaux discours ont émergé sur la question trans; ce changement de position du Gouvernement espagnol a un lien évident avec la visibilisation grandissante de  nos revendications.

Les activistes et collectifs du Réseau pour la Dépathologisation des Identités Trans de l’État espagnol ont conscience de l’importance de cette prise de position. C'est la raison pour laquelle nous exigeons instamment du Gouvernement qu’il assume cette position et la rende cohérente avec ses pratiques, pour qu’elle ait un impact réel dans la vie quotidienne des personnes trans. Si le Gouvernement assume la position selon laquelle nous n’avons pas un trouble mental, il est tout à fait contradictoire qu’il nous exige un diagnostic psychiatrique pour nous reconnaître en tant que citoyens et citoyennes. 

Réseau pour la Dépathologisation des Identités Trans de l’État espagnol

7 avril 2010  

Pour plus d’information:

Courriel: stp2012@gmail.com

Web: www.stp2012.info

 

17 octobre 2009:

Comunicado de la Red Internacional por la Despatologización Trans:

Día de Acción 17 de octubre de 2009 - Campaña STP 2012

El sábado 17 de octubre de 2009, se van a realizar manifestaciones y otras acciones en 38 ciudades de Europa, Latinoamérica, Norteamérica y Asia en apoyo a la Campaña Alto a la Patologización Trans STP 2012, convocadas por la Red Internacional por la Despatologización Trans. A fecha de hoy (15/10/2009), 181 grupos provenientes de 40 países de diferentes regiones del mundo y 7 redes internacionales han declarado su adhesión a la convocatoria.

La demanda principal de la campaña es la retirada del Trastorno de Identidad de Género de los catálogos diagnósticos internacionales (DSM-IV y CIE-10). Consideramos que la clasificación de la transexualidad como enfermedad mental fomenta el riesgo de transfobia y exclusión social de personas trans en todo el mundo. La obligatoriedad del diagnóstico psiquiátrico y de la modificación corporal hormonal y quirúrgica presente en muchas de las leyes existentes, atenta contra los derechos humanos de integridad corporal y libre expresión de las identidades de género, derechos recogidos en declaraciones internacionales recientes como los Principios de Yogyakarta (2007) o las recomendaciones del Comisario de Derechos Humanos del Consejo de Europa Thomas Hammarberg (2009). En este sentido, consideramos la despatologización de la transexualidad como un primer paso imprescindible para el pleno reconocimiento de los derechos humanos de las personas trans.

A la vez, la Red Internacional por la Despatologización es consciente de la importancia de garantizar los derechos sanitarios de las personas trans. Por eso, incluye entre sus objetivos la demanda de libre acceso a la hormonación e intervención quirúrgica, sin necesidad de autorización psiquiátrica para aquellas personas que lo requieran, y su cobertura por los Sistemas de Salud Públicas. Para garantizar estos derechos sanitarios, la Red Internacional por la Despatologización apoya una mención no patologizante en el CIE, siempre que esta mención no signifique una reclasificación de la transexualidad como enfermedad mental, orgánica o neurológica. La justificación de los derechos sanitarios de las personas trans no debería basarse en una definición patologizante de las identidades trans, sino partir de las características de una sociedad profundamente binaria en la que la transfobia y presión social vivida pueden llevar a la necesidad de modificación corporal. Cuestionamos el orden binario de género vigente en la sociedad actual en la que se sigue aceptando mejor a un hombre con cicatrices que a un hombre con pechos.

En este sentido, demandamos que el tratamiento médico sea una opción de libre elección para las personas trans, sin que haya una obligatoriedad de diagnóstico psiquiátrico, hormonación o intervención quirúrgica para la modificación del registro de nombre y/o sexo.

Un año más, el 17 de octubre de 2009 nos manifestamos a favor de la despatologización de la transexualidad, haciendo una llamada a todos los gobiernos, organismos internacionales y a la sociedad en general para demandar y apoyar la retirada del Trastorno de Identidad de Género del DSM-IV y CIE-10. Nos gustaría dar las gracias a todos los grupos, redes y personas individuales que están apoyando la campaña STP 2012.

¡Alto a la Patologización Trans!

Red Internacional por la Despatologización Trans